Compte-rendu de la semaine

Voici les compte-rendu de la semaine :

Pour les élèves de Seconde 5 :

Bilan Conseil COOP n° 9 205 6 décembre 2019

Pour les élèves de Seconde 4

conseil coop sur la coopération (essai de DVDP)-1

Conseils coop de la semaine

Voici les compte-rendus des conseils coop de cette semaine :

bilan conseil coop n°8 204 26 novembre 2019

Bilan Conseil COOP n°8 205 22 novembre 2019

Pour leur conseil, les 2nde4 ont testé un nouveau rôle, celui d’observateur de la parole. Un élève est chargé d’observer pendant tout le conseil les prises de paroles, qui parle le plus, qui ne parle pas. Nassim a tenu ce rôle et son bilan se trouve à la fin du compte-rendu.

Les TS1 ont tenu leur première Discussion à visée philosophique et démocratique (DVDP) sur le thème de la mondialisation. Cela s’inscrivait notamment dans le cadre du cours de géographie portant sur les débats et les critiques de la mondialisation.

bilan DVDP 26 novembre TS1 mondialisation

Voici les fiches rôles de la DVDP :

Rôles de la Discussion à visée démocratique et philosophique

Notre salle de classe de rêve

Suite à l’atelier réalisé par notre professeur Monsieur Merabet au début d’année, nous avons pu réaliser notre salle de classe de nos rêves. Voici notre salle de classe :

Nous avons un coin « mur des citations » avec différentes citations pour nous motiver, nous fédérer :

Image1

Nous avons également un mur d’information

Image2

Dans ce mur, nous avons différentes choses  comme :

Un planning des épreuves de cette année pour réussir au mieux cette année :

Image3

un document avec les rôles des membres du conseil COOP :

Image4

Un calendrier de la magnifique année qui va venir pour noter les anniversaires, les dates clés :

Image5

Notre professeur a mis en place une sorte d’emploi du temps pour ne pas oublier nos devoirs de notre classe et nos différents projets :

Image6

Nous avons également un coin « objets » avec différentes boites qui nous servirons toute l’année.

Image7

Une boîte à idées qui est utilisée pendant l’heure COOP :

Image8

La boîte à trucs où il y’a des objets comme des feutres, stylos , scotch , ciseaux en cas d’oubli de matériel :

Image9

Nous avons mis en place un système pour approfondir notre milieu de travail avec une boîte à métiers où le professeur nous présente chaque métier mis dans la boîte.

Image10

Nous avons l’honneur de vous annoncer que nous avons commencé à récolter des bouchons pour l’association les bouchons de l’espoir

Image11

Nous avons décidé de mettre en place une petite bibliothèque avec des bandes dessinées, des romans, des encyclopédies, des dictionnaires. Cette bibliothèque nous permet également de faire notre quart d’heure lecture quotidien.

Image12

La 1 STMG 1 a également une mascotte :

Image13

Nous avons un coin merveilleux avec des petites plantes pour détendre l’univers de la classe

Image14

Cette salle peut amenée à être modifié au gré des envies et des idées de chacun. Si vous êtes du lycée, soyez les bienvenus en C2-06!


Article rédigé par Rojda H.

Rencontre avec l’association les bouchons de l’espoir

Le Mardi 12 Novembre 2019, la classe de première STMG 1 COOP , a été ravie de recevoir un intervenant a mobilité réduite représentante de l’association Les bouchons de l’espoir.

image11

Ce derniers  nous a expliqué comment les handicapés, à l’aide de matériels adaptés, pouvaient faire du sport comme du basket, de l’athlétisme ou du football.

image8

Il nous a également expliqué comment il peut conduire malgré son handicap, comment il peut faire ses courses en usant de son fauteuil roulant.

image3

Il nous a également expliqué les différentes raisons pour laquelle il est bénévole  à l’association « les Bouchons de l’espoirs ». Cette association consiste a récupérer partout en France des bouchons en tout genre et en plastique afin de financer des matériaux sportifs aux personnes en situation de handicap.

bouchons00_trions_bien_oui

Nous souhaitons désormais organiser une communication dans tout le lycée afin de récolter un maximum de bouchons pour cette association.

Vous, lycéens et professeurs qui nous lisez, venez nous donner des bouchons!

A suivre…

 


Auriane SL et Aya S pour la première STMG 1.

Rencontre avec l’association Espoir Du Val d’Oise

Le 14 octobre dernier, nous avons eu une intervention de l’association EDVO ( Espoir Du Val-d’Oise) au sein de notre lycée.

Image1

C’est une association créée par Jean Paul Bruno, un ancien policier. L’EDVO a été créé dans les années 90, cette association consiste a aider les toxicomanes à lutter contre l’addiction aux drogues.

F9807180-E8A9-4EB8-8EFA-AA73C114BC4F

On nous a expliqué que :

  • 40% de personnes vont en prison pour avoir consommer des substances illicites.
  • La prison, l’hôpital ou la Mort sont les 3 échéances probables à l’addiction.

 Durant cette intervention on a pu avoir l’opportunité de rencontrer deux anciens toxicomanes qui ont parlé de leurs anciennes vies. Voici leurs parcours :

Benoît :

 Maltraitée par ses proches étant très jeune donc tombe dans l’alcool à l’âge de 11 ans, Commence à travailler à l’âge de 17 ans, il devient consommateur puis de 44 à  46 ans il consomme 24h/24. Benoît devient alcoolique, consommateur de plusieurs drogues jusqu’au jour ou il décide de contacter EDVO qui l’aide à arrêter tout ça, cela fait 15 mois que Benoît n’a rien consommé.

Arnaud :

Enfance difficile à cause d’un père violent, depuis tout petit il regarde ses parents se disputer, il est devenu dépressif et a commencé à boire de l’alcool et de la bière très jeune (15 ans). À cause de ses problèmes à la maison, il a développé des grandes lacunes à l’école, il a mis 5 ans à avoir son bac ce qui augmente la colère de son père et décide de partir à l’armée.  Après quelques temps à l’armée il a été viré car il a rechuté dans l’alcool,  rejeté par tout le monde surtout sa mère et son père,  il rencontre une femme et fait un enfant. L’addiction de l’alcool et les drogues prend le dessus et devient plus important que sa fille et sa femme.

Il a fait la rencontre de l’EDVO, il ne consomme plus depuis plusieurs mois, il reconstruit sa vie tranquillement et essaye de regagner la confiance de sa fille.

4C7FF7C7-3A19-4270-8CB3-309CC1CC5092

Cette association devrait être partout dans le monde car il y a beaucoup de dépendant à l’alcool ou drogue. Si vous pouvez aider  quelqu’un dans votre entourage parlez lui de EDVO.

Le lien : https://edvo.fr/

—–

Article rédigé par Armelle J. et Lilian L.

Les seconde 4 en sortie dans un célèbre musée parisien : le Louvre

LES SECONDES 4 AU LOUVRE

Le vendredi 15 novembre 2019, les élèves de de la 204 se sont rendus au Musée du Louvre (Paris) pour introduire leur chapitre d’histoire sur l’Islam. Ils étaient accompagnés de M. DELARGE (professeur d’histoire-géographie) et de Mme HAMONIC (professeure d’espagnole). Ils se sont intéressés à la section “ Arts de l’Islam” et ont réalisé un carnet de bord sur leur visite avec une partie en espagnol.

La majorité des élèves ont apprécié la sortie de fin de semaine.

Personnellement, je suis du même avis que mes camarades car nous avons ces derniers temps, une image assez négative de cette religion dans les médias. Voir ces œuvres qui ont été créées, il y a des siècles m’a appris des choses que je savais pas comme l’influence chinoise dans les œuvres musulmanes. Enfin, le devoir donné était très bien car nous n’avions pas besoin d’une longue réflexion lassante et nous pouvions donner notre avis.

Mahadi

L’article mis en page par Mahadi

Le livret à remplir dans l’exposition

 

Organisation du cours choisie avec les élèves en géographie

A ma demande, des élèves de TS1 ont réfléchi à l’organisation du cours de géographie sur la mondialisation. D’habitude, ce thème qui dure 9 heures est presque entièrement dicté à un rythme élevé, laissant peu de place au travail des élèves qui ne font que prendre des notes. Suite à la discussion avec les élèves, le thème se déroule ainsi :

  • Pendant les deux premières heures (H1 et H2) je distribue le cours écrit aux élèves. Je le lis et l’explique pendant qu’ils soulignent et prennent quelques notes.
  • Pendant l’heure suivante (H3), je distribue aux élèves le cours écrit, ils le lisent et le travaillent. Je circule parmi eux pour répondre aux questions.
  • Pendant la quatrième heure (H4), les élèves font une activité qui leur permet de mettre en application le cours.

Cet modèle qui prend quatre heures est répété deux fois.

C’est l’occasion de mettre en pratique une décision prise par les élèves en conseil coop, et d’associer les élèves à l’organisation du cours et à la réflexion didactique.

Lors du prochain conseil coop, nous ferons le bilan de cette façon de faire.

Merci aux élèves qui ont participé à cette réflexion !

 

Ci-joint, le cours distribué aux élèves : La mondialisation : acteurs flux et débats

 

 

Démarchage de commerçants pour placer notre frigo solidaire

Jeudi 17 octobre 2019, notre professeur a distribué à des volontaires de notre classe des dossiers pour démarcher des commerçants pour la mise en place de notre frigo solidaire. Leur mission étaient simple : présenter notre projet et déposer des dossiers chez des commerçants d’Épinay-sur-Seine pendant les vacances scolaires.

Le dossier était composé d’un dossier technique :

 

D’une lettre :

Capture.PNG

D’une présentation de l’association :

Capture.PNG

Et d’une convention de partenariats que le commerçant devra signer avec l’association.

Voici un florilège non-exhaustif des commerçants que nous avons démarché durant les vacances scolaires.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A noter que nous avons également eu l’aide d’Yness, élève de terminale STMG 1 et ayant été en classe COOP l’année dernière qui nous a aidé durant ce projet en nous donnant des conseils sur comment se présenter face à un patron et quel argumentaire on devait avoir. Voici l’argumentaire qu’on a travaillé en classe et qui nous a servi à démarcher les commerçants :

Capture

Prochaine étape : attendre le retour des commerçants afin  de pouvoir faire la demande à la mairie d’implantation dans le domaine public!

A suivre…

 


Article rédigé par Grace B. pour la première STMG 1

 

Compte-rendu de la journée de recherche « Actualité des pratiques pédagogiques dans les classes et écoles différentes »

Le lundi 21 octobre 2019, trois membres des enseignants des classes coopératives se sont rendus à une journée de recherche « Actualité des pratiques pédagogiques dans les classes et écoles différentes : bricolages, hybridations, appropriations … » organisée en collaboration par l’Université de Cergy Pontoise, l’Institut d’études avancées et l’Ecole des mutations apprentissages. Voici le programme : programme de la journée

 

Cette journée réunissait des chercheurs et doctorants en sciences de l’éducation et présentait en 15 minutes des communications présentant l’état actuel de la recherche dans ce domaine. Bruno Robbes, organisateur de cette journée, a eu la gentillesse de nous convier pour partager ces moments et ces échanges fort instructifs.

Nous nous proposons dans cet article de vous partager la communication qui nous a le plus marqué dans la journée.

  • Présentation marquante 1 : La légitimité d’innover en pédagogie ? Les syndromes de l’imposteur et du bâtard

Cette présentation, menée par Christophe point, présentait l’imposteur comme un individu faisant preuve d’une importante auto-dépréciation, craignant que son incompétence présumée soit mise en avant. L’imposteur surestime les compétences d’autrui, a des difficultés à accepter les compliments et a peur de l’évaluation de ses pairs.

L’imposteur développe alors des stratégies pour son travail :

  • Stratégie de la sur-préparation : se surcharger de travail pour réussir la tâche.

S’il échoue, il se dit que même en travaillant dur, il n’y arrive pas

S’il réussit, il se dit que son succès est dû à son travail de titan.

  • Stratégie de la procrastination

S’il échoue, il se dit que c’est normal étant donné qu’il n’a pas travaillé.

S’il réussit, il impacte cela à la chance.

Il craint à la fois la réussite et l’échec et développe une façon de croire qu’il n’est jamais responsable des réussites ou échecs de son travail.

Sa présentation aborde ensuite la position de l’institution par rapport à ce syndrome.

CV de Christophe Point : http://univ-st-etienne.academia.edu/ChristophePoint/CurriculumVitae

Sujet de thèse et autres publications : http://www.lisec-recherche.eu/doctorant/point-christophe

Livre paru : https://www.les-philosophes.fr/philosophie-de-l-education/pratiquer-la-philosophie.html

Mon avis : Combien d’entre nous sont victimes de ce syndrome ? Combien n’osent pas se lancer dans un test, une nouveauté face à nos élèves ? Ce discours, cette position par rapport à l’institution interroge quant à notre liberté pédagogique, à nos intuitions et nos envies de parfois changer les choses par rapport à l’institution.

Tiphaine Beaslay

  • Présentation marquante 2 : Florence Bouillon, le rôle de l’adulte dans une école démocratique

J’ai découvert grâce à cette présentation l’existence des écoles démocratiques, qui sont des établissements scolaires privés hors contrat où il n’y a pas d’enseignant.e.s. Le postulat, c’est que les enfants sont naturellement curieux et que le système ordinaire vient brimer cette curiosité. Le deuxième postulat, c’est qu’ils sont capables de s’organiser collectivement pour créer des conditions d’apprentissage adéquates.

Florence Bouillon a présenté l’exemple d’une école particulière qu’elle a étudiée, l’école des Cerisiers. Les adultes s’y nomment les « facilitateurs » et endossent surtout les tâches administratives de gestion de l’école, mais ont aussi pour rôle de garantir la sécurité physique et psychologique des enfants et de poser un cadre serein. Les enfants, pour leur part, s’organisent entre eux, notamment à travers trois institutions :

  • les conseils d’école, où sont prises les décisions importantes, semblables à nos conseils coop mais à l’échelle de l’établissement et avec un pouvoir de décision bien plus étendu
  • Les conseils de justice, qui traitent les plaintes pour infraction au règlement (le règlement étant décidé en conseil d’école)
  • La justice d’école, bien plus rare, qui peut suspendre ou exclure

Florence Bouillon a montré comment les adultes, au début très éloignés des enfants qu’ils souhaitaient laisser le plus autonomes possibles, ont fini par s’investir davantage dans la relation directe avec les jeunes, notamment dans le cadre d’activités et de sorties ou d’apprentissages formels à la demande des enfants.

Cette intervention et la suivante, consacrée aux parents ne scolarisant pas leurs enfants, m’ont marqué car elles renvoyaient à une vision très radicale de l’enfance. Ces adultes essayent d’éviter toute forme de discrimination injustifiée envers les enfants, allant jusqu’à limiter leurs contacts avec eux. Si je ne partage pas la vision un peu idéalisée de l’enfance qui est présupposée dans ces formes d’éducation, cela m’a incité à réfléchir sur notre propre rapport aux discriminations envers les enfants.

L’autorité me pose déjà question lorsqu’elle vie à créer les conditions adéquates à l’enseignement de masse, par exemple lorsqu’on l’utilise pour obtenir le calme, car je me dis que nous apprenons beaucoup trop à mon goût aux élèves à obéir. Mais au-delà de cela, il me semble que nous avons tendance à utiliser notre autorité de manière bien plus large, non pour favoriser les apprentissages, mais pour inculquer aux élèves une forme d’obéissance rassurante, ou pour leur faire intégrer des codes sociaux. Je pense par exemple à l’interdiction des casquettes dans les couloirs ou encore aux efforts que nous déployons pour que les élèves enlèvent leurs manteaux en classe.

Je ne m’exclus pas du tout de cela et je fais moi-même appliquer des règles assez autoritaires mais qui me semblent propices à de l’apprentissage à 35 par classe. Cependant, j’ai trouvé très stimulante l’idée que peut-être les enfants peuvent s’autogérer et éviter ainsi d’apprendre la soumission comme ils le font à l’école. Nous le faisons un tout petit peu avec les conseils coop, mais il est sans doute possible d’aller bien plus loin. Je suis ressorti en me disant que je souhaiterais visiter une de ces écoles démocratiques et assister à une journée où les enfants s’organisent par eux-mêmes. Ça tombe bien, il y en a une à Paris !

Pour en savoir plus, le réseau des écoles démocratiques : http://www.eudec.fr/

Le site de celle de Paris : https://ecole-democratique-paris.org/

Raphaël Delarge

  • Présentation marquante 3 : “Pédagogie critique des médias numériques en contexte universitaire: un exemple dans la formation des enseignants du premier degré” par Irène Pereira

Irène Pereira est diplômée en philosophie et docteur en sociologie, Chercheuse associée au LIS (Université de Créteil), elle est professeure à l’ESPE de Livry Gargan. Co-fondatrice de l’IRESMO (Institut de recherche sur le syndicalisme et les mouvements sociaux), elle est l’auteure, entre autres,  de Le pragmatisme critique. Action collective et rapports sociaux. Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2016.

Depuis 2015: objectif d’une éducation aux médias et à l’information afin de permettre aux élèves d’exercer leur citoyenneté.

Une éducation aux médias permet notamment d’apprendre aux élèves à repérer les « fake news » mais aussi lutter contre la radicalisation, lutter contre les stéréotypes, inégalités sociales.

Il existe divers moyens pour y parvenir tels que « la déconstruction », mais également ce que l’on appelle en anglais « critical thinking » à savoir le fait de parvenir à faire une critique rationnelle des informations trouvées sur le net.

On peut trouver de nombreuses ressources pédagogiques sur Le site internet du CLEMI (le Centre pour l’Education aux Médias et à l’Information), dont voici le lien :  https://www.clemi.fr/fr/ressources/nos-ressources-pedagogiques.html

Irène Pereira évoque le fait que les questions de l’éducation aux médias et de la pédagogie critique ne sont pas des phénomènes nouveaux. Elle cite entre autres l’Ecole de Francfort (groupe d’intellectuels allemands) qui dès les années 60 développe une théorie critique des médias mais aussi de la culture de masse et les sociétés industrielles (idée d’industrie culturelle…).

Elle évoque également une approche anglo-saxonne de la question de l’éducation aux médias et la critique de celle-ci. Elle cite l’exemple de l’Université de Los Angeles (UCLA) avec son programme  « educate students in critical media literacy ».

  • J’ai fait quelques recherches de mon côté sur le site de cette université ; je suis tombée sur un article intéressant sur l’importance de l’éducation aux médias et de la critique. Obviously in English !  😉

Voici le lien : http://newsroom.ucla.edu/stories/ucla-professors-highlight-need-for-critical-media-literacy-in-new-book

Voici un autre lien utile : vous y trouverez quelques ressources pédagogiques allant de la maternelle au lycée (once again in English ) sur le site canadien : http://mediasmarts.ca/digital-media-literacy

MAIS vous pouvez également avoir accès à la version francophone de ces ressources (Vive le Québec !) en cliquant sur le lien suivant : http://habilomedias.ca/ressources-p%C3%A9dagogiques

L’intervenante a également parlé de l’aspect « social » de la critique de l’usage du numérique (appelé sociocritique) dont le but est de faire le lien entre la critique de l’usage du numérique et le milieu social auquel appartiennent les élèves aussi bien au sein de l’établissement qu’en dehors de celui-ci.

En résumé, il s’agit de partir de la pratique personnelle des élèves pour parvenir à faire une critique de l’usage du numérique. On peut par exemple partir de leur pratique en parlant de la façon dont ils utilisent ces divers médias tels que YouTube, les réseaux sociaux, les jeux auxquels ils jouent etc… ce qui nous amène a travaillé divers questions et aussi remettre en question certaines pratiques.

On peut  notamment faire le lien avec les enjeux des médias comme les représentations des sexes, la question de la diversité, la violence etc. Mais aussi cibler la question des enjeux numériques tels que le cyber-harcèlement, l’utilisation excessive d’internet…

Samira Messaoui

 

DVDP en 205

Le vendredi 18/10/2019, les élèves de la 205 ont expérimenté leur premier Débat à Visée Démocratique et Philosophique. Autour du thème « Territoire(s) et Identité(s) », ils ont commencé par définir les deux termes employés. Ils ont ensuite formulés deux questions:  « Un territoire peut-il changer notre identité ? » et « le territoire d’où l’on vient définit-il notre identité ? ».

 

Des échanges ont suivi pour tenter d’apporter des arguments, des éléments de réponses, des exemples personnels. Chacun a partagé un peu pour avancer sur la réflexion de l’autre. Les arguments étaient souvent constructifs ou permettaient aux élèves de faire part de leur propre expérience, ce qui était très enrichissant pour l’ensemble du groupe.

 

Nous remercions particulièrement tous ceux qui sont intervenus spontanément, même les plus timides.

 

Un bilan final a été mené via l’application wooclap pour recueillir les définitions finales retenues par les élèves pour les deux termes, et sur un mot expliquant le lien entre territoire et identité.

 

Vous pourrez trouver les échanges qu’ils ont eus dans le compte rendu ci-dessous : DEBAT COOP 1

 

La prochaine DVDP aura lieu le 15/11/2019 et le thème sera choisi le 8/11/2019, par les élèves cette fois.

 

Pour les curieux, un petit lien vers une explication sur le principe de la DVDP :  http://www.viewpure.com/Ab69iyzKXGE?start=0&end=0

LES CLASSES COOP ET LA RECHERCHE EN EDUCATION

Les classes coopératives du lycée Feyder s’investissent dans un programme de recherche en éducation au travers d’un LéA (Lieu d’éducation Associé à la recherche) sur la période de 2019/2022.

Vous pouvez consulter:

 

image LéA vf

Qu’est-ce qu’un LéA ? 

« Les LéA sont des espaces de recherche en éducation définis dans le programme scientifique de l’Institut Français de l’Education (IFÉ).

Ces lieux à enjeux d’éducation, rassemblent un questionnement des acteurs, l’implication d’une équipe de recherche, le soutien du pilotage de l’établissement, et la construction conjointe d’un projet dans la durée.

Il s’agit de considérer l’éducation comme un fait social total et de fonder des recherches en éducation sur l’action conjointe entre chercheurs et acteurs du terrain.

Le dispositif LéA vise également la diffusion des savoirs et des résultats issus de ces recherches et leur mise à disposition en formation initiale et continue des professeurs, des éducateurs et des chercheurs.

Les projets de LéA bénéficient d’une organisation en réseau et d’un dispositif d’accompagnement (équipes de l’IFÉ, environnement numérique, outils de production et de partage…).

Le dispositif repose sur l’hypothèse que la réflexivité et la collaboration entre les acteurs peuvent contribuer à la fois au développement de la recherche et du lieu d’éducation, ici le lycée Jacques Feyder. »

La première STMG 1 se rend à l’avant-première du film Hors Normes

Hors Normes

Le 16 octobre 2019 avec ma classe la STMG 1 COOP nous sommes allés voir une avant-première du film hors normes de Olivier Nakache et Eric Toledano, une semaine avant sa sortie en salle. Nous avons été invités par l’association Cinéma pour tous qui organise des projections de films gratuites suivies de débats pour les collégiens, lycéens et les associations.

Eric Toledano et Olivier Nakache

Les acteurs et actrices du film :    Vincent cassel, Reda kateb, Alban ivanov, Hélène Vincent et  Aloïse Sauvage.

Bruno un juif et Malik musulman  vivent depuis vingt ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés d’hyper complexes. Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes.

maxresdefault.jpg

Nous avant eux l’honneur de pouvoir parler aux réalisateurs qui ont d’ailleurs réalisé le film Intouchables ainsi qu’à deux acteurs Bryan et Ahmed Abdellaoui.

20191016_162612.jpg

Nous avons posé quelques questions sur le déroulement et les circonstances qui ont pu rencontrer durant le film.

Image3.png

Ils nous ont affirmé que certains des acteurs n’étaient pas autistes mais juste de bons comédiens tandis que d’autres étaient de véritables autistes. Le film a pris trois mois pour être tourné. Les autistes étaient accompagnés des accompagnateurs en cas de problème.

Ce film est drôle et touchant à la fois, c’est pour cela que je vous recommande d’aller le voir.

Le lendemain, notre professeur nous a ensuite demandé, en utilisant le site Wooclap, de donner un mot pour évoquer notre ressenti avant d’écrire un texte sur ce qu’on avait pensé du film sur papier.

Image2

Avis de mes camarades de la première STMG 1 :

Ahmet : “j’ai aimé le film hors normes car ça fait réfléchir pour les personnes qui veulent travailler avec des personnes autistes. Ce film est cool” 

Grace: “magnifique film très émouvant. Le film a touché le public, ce film concerne tout le monde”

Armelle: “j’aime le film hors normes car il y avait du rire comme de l’émotion, ils étaient motivés pour les enfants handicapés, c’était super »

Cheick: « Très bon jeux d’acteurs, ce film représente bien la réalité. Drôle et émouvant, ascenseur émotionnel””

Isabelle: « Très bonne expérience. La chance de voir une avant-première pour regarder un film qui en temps normal je n’aurai pas regardé. Très bon film intéressant, instructif, passionnant et émouvant »


Article rédigé par Myriam SDC pour la première STMG 1

 

LA SPINASSIENNE: une course en coopération

Dimanche, les élèves des secondes coop et de la seconde EPS boxe ont participé à la course de la ville.

Vous trouverez ci-dessous un résumé de cet évènement en vidéo, et des articles.

 

– Article de Nadir et Mouad, élèves en seconde 4 coop: Article consultable ici
– Article de Mohammed et Naira, élèves en seconde 4 coop: article consultable ici

– Article de M.Chapelière, professeur d’EPS: Article consultable ici

Avis d’élèves:

Mounia : « La course était super cool même si c’était fatiguant. Je me suis donné à fond en pensant aux enfants atteint du cancer ».

Naira : «C’était une bonne chose car cela nous a permis d’aider des enfants malades et c’était beaucoup encourageant car on courrait pour une bonne cause ».

Mahadi :« J’ai aimé l’élan de solidarité entre les camarades, la coopération, le dévouement vis-à-vis de la course pour les enfants malades. C’est très encourageant pour l’année scolaire. Félicitation a toute la classe »

Un grand merci aux enseignants, proviseur adjoint et parents qui sont venu volontairement courir avec les élèves et les encourager

Intervention sur la Nuit de la Solidarité

Jeudi 3 octobre, Agathe Ramsamy est venue présenter aux élèves la Nuit de la solidarité, un événement auquel elle avait participé en tant que bénévole. Elle a détaillé le fonctionnement et les résultats de cette action de la mairie de Paris. Voici l’article rédigé à la suite de sa venue par des élèves de la classe. En pièce jointe, le document distribué par l’intervenante aux élèves.

Nuit de la solidarité 2019

maraude.png

Un début de maraude pendant la Nuit de la solidarité

En 2018 la nuit de la solidarité a été créé. Cet événement a eu lieu pour la première fois à Paris, il a pour but de comptabiliser le nombre de SDF qui vivent dans les rues de la capitale, mais aussi afin de les “classer”, les hommes, femmes, personnes âgées, personnes qui ont des enfants avec eux etc.

Lors de la première nuit il s’est avéré que 3035 sans abris ont été comptabilisés, cependant en 2019, plus de 3600 sans abris ont été comptés. Pour pouvoir remédier à tous ces cas de personnes sans abris, la mairie de paris mis en place 300 en places d’hébergements. 1700 personnes se sont dévouées afin de compter le nombre de sans abris qui dormaient de mes rues de Paris du 7 au 8 février 2019.D’après les estimations 88% des sans abris qui ont été comptés sont des hommes et 12% sont des femmes.D’après les estimations 88% des sans abris qui ont été comptés sont des hommes et 12% sont des femmes.

Sans titre

en moyenne un sans abris réussi à gagner 10€ par jour ce qui équivaut à sept fois moins qu’une personne qui gagne le salaire minimum. La plupart des sans abris sont des personnes qui ont un emploi mais qui ne peuvent pas ou qui n’ont pas les moyens de pouvoir louer une maison ou un appartement. Mais pour essayer de subvenir à leurs besoins le SAMU social leur fournit des vêtements et de la nourriture. En bref la vie d’un sdf est plus dure que ce que l’on laisse penser et ils ne décident pas tous de le devenir c’est pourquoi la nuit de la solidarité et les associations tels que le SAMU social etc sont présent pour leur donner une vie meilleure.


              SIVAKUMAR Alvin, YOUSSFI Nassim et POKOU Ivan

 

 

COURIR EN VILLE EN COOPÉRATION

Ce dimanche 13 octobre, les élèves des secondes COOP et de la seconde EPS Boxe du lycée vont se retrouver ensemble à la course de la ville pour participer avec une spécificité: ne pas courir seul mais en groupe!

Ils se sont entraînés à l’endurance de manière coopérative en EPS avec Mme Gauthière et M.Chapelière. L’infographie suivante résume les modalités: téléchargeable ici

coop-course

Ce projet est en lien avec la Délégation Académique à l’Action Sportive, à l’Olympisme et au Paralympisme,  sur le thème « Sport et Réussites éducatives ».

Des professeurs chausseront donc leurs baskets dimanche pour courir avec eux, ou leur manteaux pour venir les encourager.

Des articles d’élèves pour résumer la journée et le projet sont en cours de rédaction.

Un bel événement sportif et solidaire en préparation …

A dimanche

Où placer notre frigo solidaire?

Afin de continuer notre travail sur la mise en place du premier frigo solidaire de la Seine-Saint-Denis, notre professeur nous a demandé de réaliser une étude de marché sur les endroits idéaux pour placer ce frigo.

Les contraintes de recherche étaient les suivantes :

  • L’endroit devait être accessible à pied ou en transport
  • L’endroit devait être visible de tous
  • Un maximum de monde devait accéder à ce frigo
  • Dans l’idéal, l’emplacement devait être au centre-ville

Voici le fruit de nos différentes recherches :


  1. Près de L’espace Lumière

Adresse : 5 Avenue de Lattre de Tassigny, 93800 / Épinay-sur-Seine

2.png

Pourquoi cet endroit ?

En face de L’Ilo, il y a un endroit qui pourrait être parfait pour les frigos solidaires. En sachant que L’Ilo est l’endroit le plus fréquenté par les spinassiens, c’est un endroit où il y a beaucoup de flux quotidien. Situé à côté de l’Espace Lumière, cet endroit organise parfois des journées associatives.


 

2. La rose de Meriem

Adresse : 161 Rue de la République 9800 / Épinay-sur-Seine

2

Pourquoi cet endroit?

La Rose de Meriem est un endroit parfait pour le Frigo Solidaire car elle se trouve juste à côté d’un arrêt de tram qui est très fréquenté par les spinassiens et par les habitants de Saint-Denis.


 

3. Le snack proche de la rue de la République

Adresse : A proximité de la Rue de la République 9800 / Épinay-sur-Seine

3

Pourquoi cet endroit?

Ce snack est très fréquenté par les jeunes des alentours et se trouve juste à côté du tramway. Ce snack est sur la route principale pour aller à Epinay.


4. Le wok grill d’Epinay

Adresse : 97 Avenue de Lattre de Tassigny, 93800 Épinay-sur-Seine

4

Pourquoi cet endroit?

C’est un restaurant qui a énormément de succès à Epinay. Il reçoit beaucoup de monde, les spinasiens comme les habitants d’autres villes. Il permettra d’avoir une grande visibilité pour notre projet et pourra même créer d’autres opportunités.


 

5. La boulangerie de la gare

Adresse : 54 Avenue Gabriel Péri, 93800 Épinay-sur-Seine / Épinay-sur-Seine

3

Pourquoi cet endroit?

La boulangerie se trouve à 200 mètres de la gare. L’endroit est stratégique car énormément de personnes prennent le train chaque jour, cela pourra offrir une vraie visibilité à notre frigo solidaire.


6. La médiathèque Colette

Adresse : 49 Rue de Paris, 93800 Épinay-sur-Seine / Épinay-sur-Seine

5

La médiathèque est le le lieu culturel de tous les spinassiens. Elle se situe dans un endroit très fréquenté, notamment par les jeunes et les mères. L’endroit est très respecté dans la ville.


6. Omyrac’l

Adresse : 6 Rue de Paris, 93800 Épinay-sur-Seine / Épinay-sur-Seine

3

Pourquoi cet endroit?

Omyrac’l est un restaurant situé près du centre commercial l’Ilo. Situé près d’une station de tramway, cet endroit est très fréquenté et est situé près d’endroits stratégiques de la ville.


7. O’Béatus

Adresse : 18 Avenue de la République, 93800 Épinay-sur-Seine

Image1.png

Pourquoi cet endroit?

O’béatus est un snack prisé des spinassiens, sa proximité avec le tramway en fait un snack phare d’Epinay.

 


Prochaine étape? Démarcher tous les commerçants afin que quelqu’un accepte d’accueillir un frigo solidaire chez lui!

A suivre…


Article écrit par Bussé D. et Rojda H.