Les Terminale S1 préparent la reconstitution du procès « l’affaire du siècle »

 

Mardi dernier, les Terminale S ont préparé la reconstitution qui aura lieu jeudi au tribunal. Pour cela, ils ont travaillé pendant les vacances, étudiant les acteurs qu’ils doivent incarner, juges, avocats ou journalistes. Ils devaient effectuer des recherches et rédiger le texte de leur intervention lorsque c’est possible, le préparer lorsque celui-ci comprend de l’improvisation. Pendant une séance de deux heures, avec l’aide de Marine Denis, doctorante à l’IRIS, ils ont affiné leurs interventions et ont commencé à jouer leur rôle les uns devant les autres ou devant un enseignant.

La séance aura lieu jeudi au tribunal de Paris : devant un public, ils joueront véritablement le procès.

Les Seconde 4 à la rencontre du club seniors

Le Jeudi 9 Janvier la 2nd4 Coop est partie à la rencontre de personne âgés au club Seniors d’Epinay-sur-Seine  dans le but de se cultiver sur la jeunesse de ces personnes, comment se passait l’école pendant les années 1950.

Il y avait plusieurs groupes d’élèves qui étaient avec plusieurs groupes de seniors, à peu près 5 élèves et 3 seniors. Chaque groupe d’élèves avait plusieurs questions à poser aux seniors tel que « Vous étiez dans une école publique ou privé ? » ou encore « Quels matières avaient vous ? » car oui, depuis les années 50 l’école a beaucoup changé et elle continue de changer actuellement avec toutes les réformes. Les seniors n’ont pas eu les mêmes matières que nous à l’école, ils apprenaient à coudre et certains n’allaient pas jusqu’au bac et s’arrêtaient au certificat d’études qui est l’équivalant du brevet aujourd’hui mais en plus difficile.

Cette rencontre avec les seniors nous a permis de nous enrichir aux niveaux de comment était l’école mais pas seulement. Elle nous a aussi ouvert les yeux car oui, cette sortie était aussi émouvante : nous nous sommes rendus compte de la chance que nous avons de pouvoir aller a l’école gratuitement et dans de bonnes condition car dans les histoires des seniors aller à l’école n’était pas tout le temps facile mais ils ont aussi connu des moments d’amusement comme les jeunes de nos jours.

Présentation de filières post-bac par d’anciens COOP

Mardi 17 décembre, les élèves de TS1 COOP ont accueilli d’anciens élèves du lycée de TS COOP.

IMG_5046

Shravany, qui a pris la parole en première, nous a parlé du BTS métiers de la chimie qu’elle effectue, Guillaume nous a fait découvrir la musicologie en fac, Céline nous a présenté la licence science du langage pour devenir orthophoniste. Pour finir, Aqsa nous a parlé de son expérience en PACES.

IMG_5047

La première partie de l’heure était consacrée à une présentation de chaque filière par les élèves, avec quelques questions posées par les TS1.

La classe s’est ensuite divisée en plusieurs groupes selon les filières qui les intéressaient pour discuter directement avec eux et leur poser plus de questions.

La classe de TS1 a trouvé l’intervention très enrichissante, car entendre des élèves témoigner de leurs expériences est meilleur qu’une présentation faite par les professeurs. Cette heure les a beaucoup aidés, surtout pour la PACES. Les élèves aimeraient avoir plus d’interventions, en demandant au préalable quels domaines ou études les intéressent.

Chaïma BOUZARAA, pour la classe de TS1 COOP

PODCAST: FAUT-IL ENCORE MANGER DE LA VIANDE ?

Le jeudi 19 décembre, les élèves de terminale de l’atelier Dauphine (dont une grande partie des élèves de TS1 Coop) ont enregistré une émission de radio « radio controverses » pour aborder une question d’actualité: « Faut-il encore manger de la viande ?«

Pour éclairer cette question, retrouvez les lumières de différents acteurs interprétés par les élèves: éleveurs locaux, nutritionnistes, économistes, philosophes, sociologues, restaurateurs, juristes, militants d’association telles que L214 et Greenpeace, consommateurs, …

L’enregistrement de cet émission fait suite à un travail de recherche par les élèves aidé par Mme TREMBLAY, professeur documentaliste et M.REYNAUD, professeur des SVT .

Les musiques et effets sonores sont libres de droits (creative common) mais pas les interventions orales des élèves.

Les élèves de l’atelier Dauphine.

NOTRE SALLE POUR TRAVAILLER A NOEL

Etant une classe coop, il y’a quelques mois nous avons décidé de rendre notre salle plus créative et plus vive, et pour cela les élèves de notre classe ont ramené des citations, des plantes, etc.

PHOTO-2019-12-22-16-42-54

Puis le temps passant, nous nous sommes rendu compte qu’il manquait quelque chose dans notre salle. Et un lundi, M.Reynaud a ramené un petit sapin et l’a décoré et l’a posé dans une salle de Travaux Pratique. 

En voyant cela, nous avons eu l’envie de décorer aussi notre salle pour éveiller l’esprit de Noël dans le cœur de tout le monde. Car Noël est commun à tout le monde et tout le monde a le droit de le fêter, chacun à sa façon. Et nous, on a voulu le fêter en décorant notre salle. 

Mais nous nous sommes demandé, « est ce que les élèves accepteront cela? ». Donc nous avons décidé de faire le premier pas et on a ramené les guirlandes et les boules de décorations. 

Puis nous avons commencé à la décorer pendant l’heure de pause et à ce moment là quelques élèves sont venu nous aidés et d’autres ont critiqué. 

 

Mais pourtant nous avons continué sans prendre en compte leurs critiques parce que nous savions qu’ils changeraient d’avis une fois que tout serai fini. 

Et comme prévu, tout le monde a apprécié notre décoration même les élèves et les professeurs  d’autres classes. 

 Et voilà ce qu’ils ont dit :PHOTO-2019-12-22-16-42-55

  • « c’est génial !! »
  • « On sent que la salle est vivante. »
  • « Elle très bien la décoration exactement ce qu’il faut ! excellent ! « 
  • « Notre salle est maintenant différente des autres! »
  • « L’ambiance de la salle est apaisante. Merci beaucoup les filles!! »

On voulait que notre salle à nous soit unique. 

Depuis la décoration de la salle, nous nous trouvons qu’elle est plus vivante et joyeuse. On passe le ¾ de la semaine dans la même salle et elle a toujours été vide et fade. Pour permettre de meilleur condition de travail il fallait la rendre spéciale.

Piriya et Thenuka pour la TS1 COOP

 

CONFÉRENCE SUR L’ÉVOLUTION ET LES ENJEUX SOCIÉTAUX DU CLIMAT

Le 28/11/19 – une conférence sur « CONFÉRENCE SUR L’ÉVOLUTION ET LES ENJEUX SOCIÉTAUX DU CLIMAT  » a été organisée par le Club’éco WeAreEarth du lycée Jacques Feyder d’Epinay-sur-Seine.

Le jeudi 28 novembre après-midi, nous avons eu l’honneur de recevoir deux climatologues du laboratoire de météorologie dynamique de Sorbonne Université (Campus Pierre et Marie Curie) pour nous faire une conférence sur le climat.

19c968fc-2267-4332-ae3e-56c90bcaf38a

La première partie a été délivrée par Mme Vial, qui nous a parlé des bases physiques du climat et du problème du réchauffement climatique, qui est une réalité qu’on ne peut plus ignorer.

549c10de-8167-41ce-9799-0d358b6360fd

Ici, Mme Vial commence sa présentation en expliquant l’effet de serre sur la Terre. Plus tard, elle nous explique les dérèglements climatiques et présente les projections pour 2100, suivant différents scénarios, du plus optimiste au plus pessimiste.

collage

Aujourd’hui, la température de la planète a augmenté de 0,82°C (par rapport à la période de référence 1961-1990). Selon les scientifiques, il faut rester en dessous d’une augmentation de 2°C (certains scientifiques parlent même de 1,5°C !) d’ici 2100 par rapport à la période préindustrielle. Le pire scénario est le « RCP 8,5 » qui est la continuité de ce que nous suivons actuellement. Le scénario le plus optimiste est le « RCP 2,6 ». Comme on peut le voir sur les cartes du globe à droite, si on continue à émettre massivement (c’est-à-dire au même rythme qu’aujourd’hui), la température de la Terre va drastiquement augmenter (elle pourrait être 4 fois plus forte qu’aujourd’hui). (Diapositives extraites de la présentation de Mme Vial).

pres_lycée_Feyder_Epinay_93-compressé-page-035.jpg

Pour donner une idée de ce que cela représente à l’échelle de la France, en suivant le scénario « RCP 8,5 » (prolongation de la tendance de nos émissions actuelles), la canicule exceptionnelle de 2003, où on a enregistré jusqu’à 47°C au Portugal, deviendra la température d’un été normal d’ici 2100. (Diapositive extraite de la présentation de Mme Vial).

La seconde partie de la conférence présentée par Mme Journé portait sur les impacts du changement climatique sur les écosystèmes et les sociétés. Elle nous a également proposé des pistes sur les moyens existants de limiter les émissions futures (afin d’éviter le pire scénario) et comment nous adapter aux changements qui seront inévitables.

000e607f-62ed-443e-b063-e2f12e817891

Ici, Mme Journé nous explique l’évolution du climat dans le Sud de la France, avec un changement drastique depuis 1980. Le climat chaud voire semi-aride de la Méditerrané qui en 1980 se situait seulement vers la côte est maintenant présent sur toute la moitié Sud de la métropole.

En moyenne, chaque français émet 11.6 tonnes de CO2/an, dont la moitié environ correspondent à des émissions produites à l’étranger pour des produits importés. Par comparaison, un aller-retour Paris/New-York émet environ 1 tonne de CO2 par personne.

Elle nous a présenté quelques exemples des impacts du réchauffement climatique. Tous les équilibres sont touchés !    En particulier :

Avec une élévation du niveau de la mer de 30 cm conduirait à 12 % de perte de rendement  agricole  pour la production de riz dans delta du Mékong (qui produit 50 % de la production de riz du Vietnam). La densité des populations est élevée près de côtes, et dans le cas des deltas en Égypte et Bangladesh, cela conduira au déplacement de plus de 200 millions d’habitants.

Les océans absorbent 29% des émissions totales de CO2, ce qui rend les eaux 30% plus acides. Cela affecte les écosystèmes marins, en particulier les coraux meurent (ils perdent leurs couleurs), et les récifs coralliens ne peuvent plus abriter les algues dont se nourrissent les poissons.

Les catastrophes naturelles seront plus intenses et plus dévastatrices.

Avec les sécheresses, les rendements en agriculture seront moins élevés, et les risques d’incendies plus fréquents : d’ici 30/40 ans, le risque d’incendie sera bien plus élevés qu’actuellement pour une très grande partie de la France.

2019-11-28-Epinay-pres (1)-page-009.jpg

(Diapositive extraite de la présentation de Mme Journé).

Il y aura aussi moins de neige, ce qui affecte la biodiversité, l’agriculture, la production d’énergie et le tourisme et les sports d’hiver. D’ici 2100, on estime que 2/3 des glaciers de l’Himalaya auront fondu.

Il y aura des problèmes de santé à cause des vagues de chaleur, intensifiant aussi les effets de la pollution de l’air.

De plus, le moustique tigre, porteur de maladie, est maintenant présent dans 51 départements de la métropole, contre 2 en 2006. Sa migration est facilitée par les changements climatiques.

Alors, que pouvons-nous faire pour limiter nos émissions ?

Par exemple, nous pouvons :

  • Limiter le temps pendant lequel nous utilisons les appareils numériques : En 2018, Internet est le 3ème consommateur d’électricité (qui est une source d’émissions de CO2) après les États-Unis et la Chine. Regarder une vidéo de 10 minutes en HD revient à utiliser un four électrique de 2000 W pendant 5 min, alors imaginez l’énergie consommée en regardant des films toute la journée !
  • Avoir les bons réflexes! : Débrancher les appareils après utilisation, limiter les mails et les pièces jointes (1 mail avec 1MO = 19 g de CO2), chauffer la maison à 19°C maximum, ne pas prendre la voiture pour un trajet faisable en vélo ou à pied, cuisiner avec des couvercles, etc etc etc…
  • Consommer de manière moins polluante: réduire sa consommation de bœuf (la production d’un steak haché de bœuf de 125g émet autant de CO2 qu’une voiture qui a parcouru 205km), manger les fruits et légumes de saison, ne pas changer son téléphone alors qu’il fonctionne encore (en moyenne, le téléphone est changé tous les 2 ans), limiter les emballages, acheter d’occasion et réutiliser votre matériel, etc…

Il y a urgence à agir, plus on attend, plus cela coûtera cher. Les pays du Sud sont déjà très affectés, on enregistrera d’importantes migrations dans le futur. Il faut montrer l’exemple, n’attendez pas que les autres commencent pour vous y mettre. Pour mieux agir, il faut s’informer sur le sujet !

A travers cette conférence, l’objectif du club’éco du lycée était de sensibiliser les Feydériens à la cause du climat qui nous touche tous. Objectif réussi, nous avons accueillis 70 élèves en salle E001 ! Suite à cette conférence, il y a eu un moment d’échange avec les intervenantes. La première question a été posée par David qui avait demandé « Pourquoi les niveaux de l’eau ne sont-ils pas pareil ? » « Pourquoi l’élévation du niveau des océans n’est-elle pas la même partout ? » Les intervenantes lui ont répondu que cela est dû à plusieurs effets donc le plus important est la dilatation de l’eau (qui se produit quand les océans se réchauffent et la chaleur stockée par l’océan est redistribuée de façon non homogène par les courants marins), et des mouvements et niveaux différents des plaques océaniques.                                                                                                                                                                                                                                  La deuxième question posée fut « En tant que jeune on ne peut pas faire grand-chose. Il y a-t-il des conseils que vous pouvez nous donner afin de pouvoir les mettre en pratique ? » Les conseils que nous avons pu obtenir de la part de Madame Journé et de Madame Vial sont qu’à notre échelle on peut convaincre nos parents de moins utiliser la voiture quand c’est possible par exemple, ou de manger des fruits et des légumes de saisons, ou de limiter l’usage d’internet, de ne pas changer régulièrement nos appareils technologiques, surtout s’ils sont encore en état de fonctionner. De plus, il est préférable d’envoyer des mails sans pièces jointes, ou encore de se poser des questions à soi-même. Pour finir, Mme Vial nous a suggéré que le club éco fasse des campagnes de sensibilisation pour inciter les gens à s’intéresser à l’écologie en les informant sur les dangers auxquels nous et la planète sommes exposés. La troisième question fut posée par Marthe, elle a demandé « Que pourrait-on améliorer au niveau du lycée ? » Maëlys lui a répondu que nous pouvons nettoyer le lycée et trier les déchets, les intervenantes ont poursuivies en nous informant qu’ environ 30% de  nourriture est jetée et qu’on pouvait discuter avec la cantine sur les moyens de limiter les pertes, faire des menus avec des aliments moins émetteurs de CO2 et calculer le bilan carbone de la cantine (afin de se rendre compte du coût « carbone » que représente notre alimentation à la cantine). Il faut donc limiter le gâchis de nourriture et réduire la proportion des aliments qui ont une empreinte carbone forte sur la planète (manger local, de saison bio, moins de viandes, etc…).

La conférence s’est terminée par une petite collation, pendant ce temps-là les élèves participant au club éco en ont profité pour inscrire les personnes qui voulaient joindre le club, et d’autres ont relevé les impressions des élèves. Ils ont pour la plupart trouver cette conférence « très bien », « très intéressante et enrichissante », que « la première partie était plus générale que la deuxième partie, qui nous concernait plus », d’autres ont pensé qu’elle était très intéressante et qu’ils se sont énormément cultivés, et que cette conférence leurs a permis de se rendre compte de certaines choses qui ne sont pas forcément bonnes pour l’environnement.

Pour cet évènement que nous avons organisé, nous souhaitions également mettre en place un buffet à disposition de nos invités, tout en restant dans la cause, nous avons ainsi mis en place un tri sélectif ainsi que des gobelets et des assiettes en carton.

Nous souhaitons remercier Mme Jessica Vial  et Mme Venance Journé qui nous ont permis d’organiser cette conférence et ainsi répondre à nos questions. Nous remercions également notre professeur de SVT M. Reynaud qui nous a aidé pour l’organisation de cette conférence. Nous remercions aussi: M.Gahnem, M.Chapelière, Mme Guillou, Mme Hamonic, Mme Robert, Mme Oizel et M.Capel pour leur présence.

Lien vers le Diaporama

Si vous avez d’autres questions pour Mme Vial ou Mme Journé, voici leurs mails : jessica.vial@lmd.jussieu.fr      venance.journe@lmd.jussieu.fr

Pour contacter le club’éco du lycée : clubecofeyder@gmail.com

Article rédigé par Mama, Chaïma, Dji et Thenuka.

Merci à Mama et Axelle pour les photos.

APPRENDRE A TRAVAILLER EN GROUPE

Les classes coopératives du lycée Jacques Feyder postulent que la coopération entre pairs n’est pas une modalité de travail spontanée. En effet, l’injonction à travailler en groupe ou la disposition des tables ne permettent pas l’émergence d’un travail collectif bénéfique pour tous. La coopération apparaît alors comme une modalité qui s’apprend. Les équipes pédagogiques de ces classes proposent donc aux élèves une formation en trois modules, le premier a pour objectif : “Apprendre à travailler en groupe”.

Cet article présente la réflexion initiale, le déroulé et un bilan de l’expérimentation pédagogique de ce premier module.

Lien vers l’article

TRAVAUX DE RECHERCHE: DÉBUT DE COLLECTE DE DONNÉES

Dans le cadre du programme de recherche du LéA des classes coopératives du lycée Feyder (93), l’équipe de chercheur, Sylvain Connac du laboratoire LIRDEF (université Paul Valéry de Montpellier) et Bruno Robbes du laboratoire EMA (université de Cergy-Pontoise), et d’enseignant a lancé la collecte de données programmée dans notre méthodologie co-construite.

 

Suite à des échanges en équipes, nous avons défini une problématique de travail : quels types de conflits apparaissent dans les contextes de classe coopérative lorsque les élèves sont confrontés aux situations-problèmes ?

Ce jeudi 22 novembre, les deux chercheurs sont venus au lycée pour collecter des données, lors d’une situation-problème mise en place en classe coopérative de première STMG.

Les chercheurs ont commencé par analyser les consignes de la séance en amont avec les enseignants, en enregistrant ce temps de préparation. Puis, la séance a été filmée dans sa globalité, depuis le lancement et jusqu’à la mise en commun de la situation-problème. Elle consistait à orienter les élèves vers la notion de performance d’entreprise en confrontant des chiffres issus de l’activité de deux entreprises : le PSG et Air France. Le temps de travail en groupe a été filmé, pour chaque groupe.

Suite à cette séance, les chercheurs ont réalisé des entretiens d’autoconfrontation. Ils consistent, sur la base d’un questionnement précis, à diffuser la vidéo du travail en groupe à l’élève, qui explicite son ressenti, ses réactions et comment il apprend.

 

L’équipe chercheurs/enseignants va désormais se consacrer à la retranscription de ces données et à leur analyse.

L’après-midi a été consacrée à des échanges sur la méthodologie de recherche, les situations-problèmes ainsi que sur les diverses expérimentations de contextes coopératifs que nous mettons en oeuvre

Cet article est relayé sur le site de la CARDIE de Creteil et sur le blog des LéA de l’IFE

L’équipe des classes coopératives du lycée Feyder

Conseils coop de la semaine

Voici les compte-rendus des conseils coop de cette semaine :

bilan conseil coop n°8 204 26 novembre 2019

Bilan Conseil COOP n°8 205 22 novembre 2019

Pour leur conseil, les 2nde4 ont testé un nouveau rôle, celui d’observateur de la parole. Un élève est chargé d’observer pendant tout le conseil les prises de paroles, qui parle le plus, qui ne parle pas. Nassim a tenu ce rôle et son bilan se trouve à la fin du compte-rendu.

Les TS1 ont tenu leur première Discussion à visée philosophique et démocratique (DVDP) sur le thème de la mondialisation. Cela s’inscrivait notamment dans le cadre du cours de géographie portant sur les débats et les critiques de la mondialisation.

bilan DVDP 26 novembre TS1 mondialisation

Voici les fiches rôles de la DVDP :

Rôles de la Discussion à visée démocratique et philosophique

Notre salle de classe de rêve

Suite à l’atelier réalisé par notre professeur Monsieur Merabet au début d’année, nous avons pu réaliser notre salle de classe de nos rêves. Voici notre salle de classe :

Nous avons un coin « mur des citations » avec différentes citations pour nous motiver, nous fédérer :

Image1

Nous avons également un mur d’information

Image2

Dans ce mur, nous avons différentes choses  comme :

Un planning des épreuves de cette année pour réussir au mieux cette année :

Image3

un document avec les rôles des membres du conseil COOP :

Image4

Un calendrier de la magnifique année qui va venir pour noter les anniversaires, les dates clés :

Image5

Notre professeur a mis en place une sorte d’emploi du temps pour ne pas oublier nos devoirs de notre classe et nos différents projets :

Image6

Nous avons également un coin « objets » avec différentes boites qui nous servirons toute l’année.

Image7

Une boîte à idées qui est utilisée pendant l’heure COOP :

Image8

La boîte à trucs où il y’a des objets comme des feutres, stylos , scotch , ciseaux en cas d’oubli de matériel :

Image9

Nous avons mis en place un système pour approfondir notre milieu de travail avec une boîte à métiers où le professeur nous présente chaque métier mis dans la boîte.

Image10

Nous avons l’honneur de vous annoncer que nous avons commencé à récolter des bouchons pour l’association les bouchons de l’espoir

Image11

Nous avons décidé de mettre en place une petite bibliothèque avec des bandes dessinées, des romans, des encyclopédies, des dictionnaires. Cette bibliothèque nous permet également de faire notre quart d’heure lecture quotidien.

Image12

La 1 STMG 1 a également une mascotte :

Image13

Nous avons un coin merveilleux avec des petites plantes pour détendre l’univers de la classe

Image14

Cette salle peut amenée à être modifié au gré des envies et des idées de chacun. Si vous êtes du lycée, soyez les bienvenus en C2-06!


Article rédigé par Rojda H.

Rencontre avec l’association les bouchons de l’espoir

Le Mardi 12 Novembre 2019, la classe de première STMG 1 COOP , a été ravie de recevoir un intervenant a mobilité réduite représentante de l’association Les bouchons de l’espoir.

image11

Ce derniers  nous a expliqué comment les handicapés, à l’aide de matériels adaptés, pouvaient faire du sport comme du basket, de l’athlétisme ou du football.

image8

Il nous a également expliqué comment il peut conduire malgré son handicap, comment il peut faire ses courses en usant de son fauteuil roulant.

image3

Il nous a également expliqué les différentes raisons pour laquelle il est bénévole  à l’association « les Bouchons de l’espoirs ». Cette association consiste a récupérer partout en France des bouchons en tout genre et en plastique afin de financer des matériaux sportifs aux personnes en situation de handicap.

bouchons00_trions_bien_oui

Nous souhaitons désormais organiser une communication dans tout le lycée afin de récolter un maximum de bouchons pour cette association.

Vous, lycéens et professeurs qui nous lisez, venez nous donner des bouchons!

A suivre…

 


Auriane SL et Aya S pour la première STMG 1.

Rencontre avec l’association Espoir Du Val d’Oise

Le 14 octobre dernier, nous avons eu une intervention de l’association EDVO ( Espoir Du Val-d’Oise) au sein de notre lycée.

Image1

C’est une association créée par Jean Paul Bruno, un ancien policier. L’EDVO a été créé dans les années 90, cette association consiste a aider les toxicomanes à lutter contre l’addiction aux drogues.

F9807180-E8A9-4EB8-8EFA-AA73C114BC4F

On nous a expliqué que :

  • 40% de personnes vont en prison pour avoir consommer des substances illicites.
  • La prison, l’hôpital ou la Mort sont les 3 échéances probables à l’addiction.

 Durant cette intervention on a pu avoir l’opportunité de rencontrer deux anciens toxicomanes qui ont parlé de leurs anciennes vies. Voici leurs parcours :

Benoît :

 Maltraitée par ses proches étant très jeune donc tombe dans l’alcool à l’âge de 11 ans, Commence à travailler à l’âge de 17 ans, il devient consommateur puis de 44 à  46 ans il consomme 24h/24. Benoît devient alcoolique, consommateur de plusieurs drogues jusqu’au jour ou il décide de contacter EDVO qui l’aide à arrêter tout ça, cela fait 15 mois que Benoît n’a rien consommé.

Arnaud :

Enfance difficile à cause d’un père violent, depuis tout petit il regarde ses parents se disputer, il est devenu dépressif et a commencé à boire de l’alcool et de la bière très jeune (15 ans). À cause de ses problèmes à la maison, il a développé des grandes lacunes à l’école, il a mis 5 ans à avoir son bac ce qui augmente la colère de son père et décide de partir à l’armée.  Après quelques temps à l’armée il a été viré car il a rechuté dans l’alcool,  rejeté par tout le monde surtout sa mère et son père,  il rencontre une femme et fait un enfant. L’addiction de l’alcool et les drogues prend le dessus et devient plus important que sa fille et sa femme.

Il a fait la rencontre de l’EDVO, il ne consomme plus depuis plusieurs mois, il reconstruit sa vie tranquillement et essaye de regagner la confiance de sa fille.

4C7FF7C7-3A19-4270-8CB3-309CC1CC5092

Cette association devrait être partout dans le monde car il y a beaucoup de dépendant à l’alcool ou drogue. Si vous pouvez aider  quelqu’un dans votre entourage parlez lui de EDVO.

Le lien : https://edvo.fr/

—–

Article rédigé par Armelle J. et Lilian L.

Les seconde 4 en sortie dans un célèbre musée parisien : le Louvre

LES SECONDES 4 AU LOUVRE

Le vendredi 15 novembre 2019, les élèves de de la 204 se sont rendus au Musée du Louvre (Paris) pour introduire leur chapitre d’histoire sur l’Islam. Ils étaient accompagnés de M. DELARGE (professeur d’histoire-géographie) et de Mme HAMONIC (professeure d’espagnole). Ils se sont intéressés à la section “ Arts de l’Islam” et ont réalisé un carnet de bord sur leur visite avec une partie en espagnol.

La majorité des élèves ont apprécié la sortie de fin de semaine.

Personnellement, je suis du même avis que mes camarades car nous avons ces derniers temps, une image assez négative de cette religion dans les médias. Voir ces œuvres qui ont été créées, il y a des siècles m’a appris des choses que je savais pas comme l’influence chinoise dans les œuvres musulmanes. Enfin, le devoir donné était très bien car nous n’avions pas besoin d’une longue réflexion lassante et nous pouvions donner notre avis.

Mahadi

L’article mis en page par Mahadi

Le livret à remplir dans l’exposition