Conseil coop n°4 TS1

Aujourd’hui, les TS1 ont tenu leur 4ème conseil coop. En voici le compte-rendu : bilan conseil coop 4

Publicités

LA BOUCLE EVALUATIVE: une évaluation dans un contexte coopératif

Le schéma de l’arc réflexe en SVT, une occasion pour les élèves de TS1 de tester la boucle évaluative.

Boucle évaluative

« Je trouve que cette méthode est bien car elle nous permet de se corriger entre nous et de comprendre nos fautes sans pour autant être noté » Wivine

Après avoir appris le cours sur le réflèxe myotatique, les élèves ont réfléchi en groupe pour construire ensemble le schéma bilan de l’arc réflèxe. Ils ont ensuite eu un temps de travail libre pour s’entraîner sur ce schéma.

20180926_102230

La semaine suivante, les élèves ont eu une évaluation en condition d’examen où ils devaient refaire le schéma.

20180926_102316

Au cours suivant, les évaluations étaient restituées soit avec un symbole rouge soit un symbole vert, sans aucunes autres annotations, mais avec une seule indication orale: « La même évaluation aura lieu la semaine prochaine » M.Reynaud .

20180926_114250-e1539177039340.jpg

Un temps libre de remédiation leurs à ensuite permis de travailler ensemble pour chercher leurs erreurs et s’améliorer.

« Je pense que c’est une bonne manière de travailler car cela nous permet d’étre autonomes et de nous rendre compte de nos erreurs »  Naila

« …cela nous permet de peaufiner notre savoir en aidant ceux qui n’ont pas compris » Arunaan, qui précise: « à voir ce que cela donne sur le long terme« 

Le tutorat et l’aide prennent alors tout leur sen durant ce temps de remédiation: « Je trouve que cette méthode est plutôt pas mal car entre nous (élève/élève) on arrive parfois à mieux comprendre donc les explications sont plus efficace » Asqa

 

Le cours suivant, la même évaluation est redonnée avec cette fois une notation sommative.

Le bilan est alors fait avec les élèves: « Cette méthode permet de mieux comprendre ses erreurs en comparant avec les autres. Les flèches et les croix démoralisent moins que les notes, et on se dit qu’on peut se rattraper et avoir une bonne note à la fin. cela permet aussi de chercher par soi-même où sont les erreurs, ce qui nous pousse à réfléchir » Céline

M.REYNAUD pour la classe de TS1

LE PLAN DE TRAVAIL EN GEOGRAPHIE (TS)

Avec les terminales S, nous testons aujourd’hui l’autonomie dans l’organisation du travail. Je distribue aux élèves le cours, les fiches méthode leur expliquant comment travailler, des activités et des documents. Ils ont un certain nombre d’objectifs à remplir. Puis, je les laisse s’organiser comme ils le souhaitent pendant cinq heures.

Cela leur laisse plus de liberté, et ils se préparent aussi aux études supérieures. Et puis cette méthode leur permet de s’entraider !

Hier, nous avons commencé avec le premier chapitre de géographie, « Des cartes pour comprendre le monde ». Après une heure d’introduction, les élèves ont travaillé en autonomie pendant deux heures.

Certains lisaient et soulignaient le cours, d’autres s’isolaient pour travailler au calme. Quelques uns se levaient et circulaient pour demander une information ou pour aller chercher les cartes en couleur disposées sur certaines tables.

Les élèves se sont montrés plutôt enthousiastes à l’idée de s’organiser comme ils le désirent. Ils ont globalement fait preuve de beaucoup de sérieux, même s’ils étaient manifestement un peu fatigués après trois heures de géographie. Je passais dans les rangs pour aider l’un ou l’autre, pour discuter du choc des civilisations ou de l’uniformisation culturelle. C’était un grand plaisir de les voir s’organiser par eux-mêmes et de pouvoir prendre le temps de les observer.

Expérience à approfondir !

M.Delarge pour la classe de TS1

JOURNÉE D’INTEGRATION DES TS1: sur les traces de l’alchimiste parisien

 

Ce jeudi 6 septembre 2018, nous avions rendez-vous à 12h « tapante » au square du temple, tout près du métro république, avec la classe de TS1.
Je pars donc me préparer, je reconnais, légèrement de mauvais poils à l’idée d’avoir une journée de plus que les autres classes. Un sac, des clefs
et un jean plus tard, pouf, me voilà sortie de chez moi !
Arrivé sain et sauf, à l’heure, on dut attendre les petits retardataires, j’ai nommé : nos professeurs. À leur tour débarqué, nous nous attaquions enfin
à nos piques niques, et pus sympathiser avec quelques nouvelles têtes.
Une fois tous plus ou moins rassasier, le jeu, où le futur casse-tête de la mort, pouvait alors commencer. Le but était simple, la classe était divisée
en groupes d’environ 5 individus, qui devaient trouver un « trésor » en 2h maximum. Pour cela, chaque groupe disposait, pour cette course
d’orientation, d’un indice qui lui-même les conduirait à un autre, le tout 8 fois jusqu’au fameux « précieux » qui, on l’espérait tous, nous apporterait
mons et merveilles, richesse absolue.
À 13h, nous nous somme donc tous lancé corps et âmes dans cette aventure. Le premier indice était un texte déchiré que nous devions, en plus de le
reconstituer, déchiffrer. Avec mon groupe, on a directement compris qu’il fallait trouver la maison d’un alchimiste ! On s’est juste trompé sur ce
dernier… Les suivants, tous des énigmes, n’ont pas été de tout repos non plus et nous obligés à bien communiquer entre nous et avec les passants ! Entre aller-retour incessant, les kilomètres ont
défilés et  » Clopin clopan  » comme je le pouvais ( certains reconnaîtront l’allusion ) avec ma blessure de la vielle au pied, j’étais un peu à la
ramasse.  Le jeu s’est terminé au parc des vosges devant la maison de Victor Hugo, ou mon
groupe et moi avons malheureusement fini bon dernier.
En ce qui concerne le trésor, à défaut de devenir milliardaire et de pouvoir humilier mon meilleur ami Bill, on a tous eu le droit à un goûter, ceux qui
convenaient très bien, affamé tel que nous étions ! C’étais d’ailleurs presque healthy and gluten free, … presque…
C’est d’ailleurs à ce moment que Mr Reynaud en a profité pour demander qui voulait bien faire un article sur cette journée et que, éblouie par la nourriture, j’ai
levé la main sans bien réfléchir.
Et c’est comme ça que je me suis retrouvé à écrire cet article pour le blog de la classe. En rentrant chez moi, j’ai envoyé quelques messages
pour connaître l’avis de plusieurs de mes camarades. J’ai ainsi eu le droit à un  » j’ai kiffé  » de Oussaman C. ainsi que du reste de la classe à
qui il a posé la question pour moi, car à priori c’est le seul mot qu’on connaît à cet âge-là.
Enfin bref, tous ca pour dire que finalement, il valait bien le coup ce petit réveil aigri et que ben c’était kiffant quoi !

Maud P. pour la classe de TS1