Terminale S Coop: I.B.M. nous ouvre ses portes…

International Business Machine (IBM), est une firme transnationale américaine implantée dans 170 pays et fondée par Georges Winthrop Fairchild et Charles Ranlett Flint en 1911. Le domaine d’action de cette entreprise gravite autour du matériel informatique, logiciel et des services informatiques.IBM

IBM, fidèle partenaire du lycée Jacques Feyder, permet aux jeunes lycéens de découvrir la première entreprise Mondiale au niveau du domaine de l’informatique.

 

Suite à un accueil chaleureux par Mr.Jean-Louis Pierrel et Mme.Dina Russo avec petit-déjeuner nous nous sommes installé directement dans les bureaux.

Nous avons entamé la journée avec Julie( alternante) et Paul(jeune salarié) qui nous ont présenté brièvement les différentes formations et recrutements au sein de la société.

Les différents parcours et cursus que ces jeunes ont effectué montre l’intérêt de la diversité et l’adaptation au monde actuel de la part d’IBM. En effet, IBM cherche des jeunes ayant obtenu un Bac+5 sachant apprendre à apprendre pour mieux s’adapter.

De plus, nous avons parlé avec les alternants notamment Orianne, originaire de Lyon, qui a fait une IAE(= Institut des Administrations des Entreprises) qui sont des écoles de commerce gratuites.

Nous avons visité les locaux d’IBM,où Mr.Pierrel nous a parlé des “Analyses Cognitives” (Intelligence Artificielle) et leurs impacts sur les banques soit comme remplacement de tâche ou comme optimisation du travail humain.

Ensuite, il a insisté sur les voitures du lendemain comme par exemple les voitures sans chauffeurs mais également le nouveau mode de partage qui est est pour lui l’avenir de l’automobile. Nous avons aussi vu les applications du numérique comme le moyen d’acheter ses courses à distance ( modélisation du port de vêtement chez soi),…

Par la suite, François Burger, directeur de projet a partagé sa vision du recrutement en montrant ce qu’il faut mettre ou non dans nos CV.

20181207_125952

Pendant le déjeuner, nous avons discuté des diverses orientations avec les différents intervenants de la matinée.

Christophe Malet, manager chez IBM a fait une présentation approfondie de la firme et nous a parlé plus précisément des domaines de l’informatique, du cloud et de la cognitivité. Il nous a parlé également de la diversité chez IBM avec l’implication des DRH/Dirigeants et du personnel via plusieurs réseaux comme Elles,MiDi etc.. Puis, il a entamé le sujet de l’Histoire d’IBM notamment la création du mot “ordinateur” en 1955 et de la création du projet Deep Blue en 1997 qui bat le champion du monde d’échec(Kasparov).

Mr.Mallet nous conseille d’avoir des qualités indispensables pour les métiers de demain comme la flexibilité, la curiosité, la proactivité, savoir bien parler anglais et surtout avoir un réseau.

Pour clôturer cette journée, d’autres intervenants avec divers parcours scolaires et professionnels comme Élodie, Rosalie,Kenneth et Elhadj qui nous ont conseillé sur le fait de ne pas s’auto-censurer malgré nos catégories sociales. Ils ont aussi pu répondre à nos diverses questions et nous ont invités à prendre contact avec eux pour nous aider à trouver une bonne voie dans notre orientation.

Nous avons quitté les locaux d’IBM en remerciant les personnels qui nous ont accueillis durant cette journée enrichissante et notamment Mme Russo et M.Pierrel qui ont été très bienveillants à notre égards et ont organisé cette journée pour nous.

Jeremy et Alexandre pour les élèves de Terminales S

Publicités

Controverses sur les migrations climatiques : le retour de l’intervenante

Suite à sa visite au lycée, Marine Denis a rédigé un texte où elle présente le projet :
controverses 2
« Le projet de simulation sur le format d’un procès climatique que nous construisons avec la classe de Terminal S du Lycée Jacques Feyder est l’occasion d’allier et de mettre en lumière les fondamentaux de la prise de parole en public et l’acquisition de compétences sur les enjeux liés au changement climatique et aux migrations environnementales.
Cette simulation de procès s’appuie sur des faits réels et plus précisément sur le recours déposé au mois de mai 2018 par onze familles devant la Cour de Justice de l’Union Européenne qui accusent les Etats Européens d’échouer à protéger les citoyens européens des effets du changement climatique.
Dans un premier temps, les élèves suivent une formation de quelques heures sur les enjeux géopolitiques du changement climatiques puis dans un second, sur le fonctionnement des différentes étapes d’un procès et le rôle des différents acteurs présents lors de la simulation : juge, procureur, avocats, partie civile, Etats, ONG, journalistes, entreprises etc.

Les enjeux sont multiples puisque l’on attend des élèves de se saisir de leurs connaissances théoriques pour incarner un rôle précis au cœur d’un jeu d’acteurs complexe. Les élèves sont amené.e.s à évaluer les stratégies de coopération et d’alliance existant entre les différentes parties prenantes au procès, tout en respectant le format procédurier que requiert ce cadre officiel juridique. 

 
La construction d’un argumentaire et le travail de plaidoirie constituent de nouveaux exercices pour la plupart des élèves, aussi l’ancrage « réaliste » qu’introduit la mise en scène d’un procès est important. Les élèves pourront être amené.e.s à évoquer des sujets touchant conjointement aux programmes de philosophie et d’histoire-géographie de Terminal : interroger la preuve scientifique, questionner l’autorité et l’indépendance de la justice, le rôle de l’Etat dans l’accueil des mobilités humaines etc. Aussi, cette première simulation est l’occasion d’articuler de façon pédagogique de nouvelles connaissances et la retranscription concrète, sous la forme du jeu de rôle, de celles-ci. »
Marine Denis - PhD candidate public international law
Research assistant - EDGE H2020 research project

Controverse sur les migrations climatiques

Le 9 novembre, Marine Denis, doctorante à l’EHESS et à Paris XIII, est
venue au lycée pour participer à un projet de travail avec les TS1. Il
s’agit de comprendre et de simuler une controverse portant sur la
question des réfugiés climatiques. Ce projet interdisciplinaire se situe
au croisement de la philosophie (Antoine Rogé travaillera avec les
élèves sur l’argumentation et l’idée de controverse scientifique) et de
la géographie (la mondialisation et les mobilités humaines sont au
programme de terminale S).
controverses 1
Marine Denis est intervenue deux heures afin de présenter les acteurs
des controverses liées au climat. Elle a notamment insisté sur la façon
dont le problème climatique a été inscrit à l’agenda politique par les
efforts de certains acteurs. Sa venue a permis d’apporter un éclairage
scientifique aux élèves et de renforcer les liens entre le secondaire et
le supérieur. Cela s’inscrit dans les objectifs des classes
coopératives, qui sont de valoriser les échanges entre le lycée et les
institutions extérieures et de préparer les élèves à l’autonomie et aux
études supérieures. Marine Denis reviendra le 11 janvier pour la suite
du projet.

 

LA BOUCLE EVALUATIVE: une évaluation dans un contexte coopératif

Le schéma de l’arc réflexe en SVT, une occasion pour les élèves de TS1 de tester la boucle évaluative.

Boucle évaluative

« Je trouve que cette méthode est bien car elle nous permet de se corriger entre nous et de comprendre nos fautes sans pour autant être noté » Wivine

Après avoir appris le cours sur le réflèxe myotatique, les élèves ont réfléchi en groupe pour construire ensemble le schéma bilan de l’arc réflèxe. Ils ont ensuite eu un temps de travail libre pour s’entraîner sur ce schéma.

20180926_102230

La semaine suivante, les élèves ont eu une évaluation en condition d’examen où ils devaient refaire le schéma.

20180926_102316

Au cours suivant, les évaluations étaient restituées soit avec un symbole rouge soit un symbole vert, sans aucunes autres annotations, mais avec une seule indication orale: « La même évaluation aura lieu la semaine prochaine » M.Reynaud .

20180926_114250-e1539177039340.jpg

Un temps libre de remédiation leurs à ensuite permis de travailler ensemble pour chercher leurs erreurs et s’améliorer.

« Je pense que c’est une bonne manière de travailler car cela nous permet d’étre autonomes et de nous rendre compte de nos erreurs »  Naila

« …cela nous permet de peaufiner notre savoir en aidant ceux qui n’ont pas compris » Arunaan, qui précise: « à voir ce que cela donne sur le long terme« 

Le tutorat et l’aide prennent alors tout leur sen durant ce temps de remédiation: « Je trouve que cette méthode est plutôt pas mal car entre nous (élève/élève) on arrive parfois à mieux comprendre donc les explications sont plus efficace » Asqa

 

Le cours suivant, la même évaluation est redonnée avec cette fois une notation sommative.

Le bilan est alors fait avec les élèves: « Cette méthode permet de mieux comprendre ses erreurs en comparant avec les autres. Les flèches et les croix démoralisent moins que les notes, et on se dit qu’on peut se rattraper et avoir une bonne note à la fin. cela permet aussi de chercher par soi-même où sont les erreurs, ce qui nous pousse à réfléchir » Céline

M.REYNAUD pour la classe de TS1

LE PLAN DE TRAVAIL EN GEOGRAPHIE (TS)

Avec les terminales S, nous testons aujourd’hui l’autonomie dans l’organisation du travail. Je distribue aux élèves le cours, les fiches méthode leur expliquant comment travailler, des activités et des documents. Ils ont un certain nombre d’objectifs à remplir. Puis, je les laisse s’organiser comme ils le souhaitent pendant cinq heures.

Cela leur laisse plus de liberté, et ils se préparent aussi aux études supérieures. Et puis cette méthode leur permet de s’entraider !

Hier, nous avons commencé avec le premier chapitre de géographie, « Des cartes pour comprendre le monde ». Après une heure d’introduction, les élèves ont travaillé en autonomie pendant deux heures.

Certains lisaient et soulignaient le cours, d’autres s’isolaient pour travailler au calme. Quelques uns se levaient et circulaient pour demander une information ou pour aller chercher les cartes en couleur disposées sur certaines tables.

Les élèves se sont montrés plutôt enthousiastes à l’idée de s’organiser comme ils le désirent. Ils ont globalement fait preuve de beaucoup de sérieux, même s’ils étaient manifestement un peu fatigués après trois heures de géographie. Je passais dans les rangs pour aider l’un ou l’autre, pour discuter du choc des civilisations ou de l’uniformisation culturelle. C’était un grand plaisir de les voir s’organiser par eux-mêmes et de pouvoir prendre le temps de les observer.

Expérience à approfondir !

M.Delarge pour la classe de TS1

JOURNÉE D’INTEGRATION DES TS1: sur les traces de l’alchimiste parisien

 

Ce jeudi 6 septembre 2018, nous avions rendez-vous à 12h « tapante » au square du temple, tout près du métro république, avec la classe de TS1.
Je pars donc me préparer, je reconnais, légèrement de mauvais poils à l’idée d’avoir une journée de plus que les autres classes. Un sac, des clefs
et un jean plus tard, pouf, me voilà sortie de chez moi !
Arrivé sain et sauf, à l’heure, on dut attendre les petits retardataires, j’ai nommé : nos professeurs. À leur tour débarqué, nous nous attaquions enfin
à nos piques niques, et pus sympathiser avec quelques nouvelles têtes.
Une fois tous plus ou moins rassasier, le jeu, où le futur casse-tête de la mort, pouvait alors commencer. Le but était simple, la classe était divisée
en groupes d’environ 5 individus, qui devaient trouver un « trésor » en 2h maximum. Pour cela, chaque groupe disposait, pour cette course
d’orientation, d’un indice qui lui-même les conduirait à un autre, le tout 8 fois jusqu’au fameux « précieux » qui, on l’espérait tous, nous apporterait
mons et merveilles, richesse absolue.
À 13h, nous nous somme donc tous lancé corps et âmes dans cette aventure. Le premier indice était un texte déchiré que nous devions, en plus de le
reconstituer, déchiffrer. Avec mon groupe, on a directement compris qu’il fallait trouver la maison d’un alchimiste ! On s’est juste trompé sur ce
dernier… Les suivants, tous des énigmes, n’ont pas été de tout repos non plus et nous obligés à bien communiquer entre nous et avec les passants ! Entre aller-retour incessant, les kilomètres ont
défilés et  » Clopin clopan  » comme je le pouvais ( certains reconnaîtront l’allusion ) avec ma blessure de la vielle au pied, j’étais un peu à la
ramasse.  Le jeu s’est terminé au parc des vosges devant la maison de Victor Hugo, ou mon
groupe et moi avons malheureusement fini bon dernier.
En ce qui concerne le trésor, à défaut de devenir milliardaire et de pouvoir humilier mon meilleur ami Bill, on a tous eu le droit à un goûter, ceux qui
convenaient très bien, affamé tel que nous étions ! C’étais d’ailleurs presque healthy and gluten free, … presque…
C’est d’ailleurs à ce moment que Mr Reynaud en a profité pour demander qui voulait bien faire un article sur cette journée et que, éblouie par la nourriture, j’ai
levé la main sans bien réfléchir.
Et c’est comme ça que je me suis retrouvé à écrire cet article pour le blog de la classe. En rentrant chez moi, j’ai envoyé quelques messages
pour connaître l’avis de plusieurs de mes camarades. J’ai ainsi eu le droit à un  » j’ai kiffé  » de Oussaman C. ainsi que du reste de la classe à
qui il a posé la question pour moi, car à priori c’est le seul mot qu’on connaît à cet âge-là.
Enfin bref, tous ca pour dire que finalement, il valait bien le coup ce petit réveil aigri et que ben c’était kiffant quoi !

Maud P. pour la classe de TS1